Notre équipe Yvelines1 recevait aujourd’hui, avec en jeu le maintien sur le podium de la compétition.

Au 2e échiquier, Philippe avec les noirs se retrouve après l’ouverture dans une position difficile, mais encore équilibrée. Les blancs ont profité de la colonne e, ouverte, pour installer solidement leurs tours sur la 6e rangée. Philippe exerce en contre-partie une pression sur le pion f2, via la colonne f semi ouverte, et menace d’ouvrir la colonne c.

 

Dans cette position, encore égale, Philippe choisit la suite 24…cxd4, menaçant d’ouvrir la colonne c ou d’attaquer la dame adverse.

Mais ce choix permet aux blancs d’échanger les fous en f6, menaçant de refermer la colonne, et la pression, pour les noirs.

 

Philippe s’incline au 29e coup, et Le Vésinet ouvre le score.

 


Au 4e échiquier, James qui joue les noirs n’a pas su profiter d’une erreur de son adversaire qui, plutôt que de reculer son cavalier attaqué suite à l’attaque 8…c5, a préféré contre-attaquer en jouant 9.Ff4 qui menace le cavalier noir en e5.

 

Mais la menace n’est qu’apparente, et la défense 9…d6 choisit par James inutile.

Car la suite 9…c x Cd4, qui prend un cavalier en attaquant le second cavalier en c3, aboutit au gain d’une pièce malgré l’échange des blancs en e5 !

 

La partie se poursuit donc, et après un échange C+F contre T+P en f6, arrive dans la position, égale, suivante :

 

Au lieu de poursuivre par 20.h4 qui menace ensuite g5, les blancs échangent de suite les cavaliers en f6, offrant une superbe diagonale au fou noir !

 

Installés chacun sur une grande diagonale ouverte, les deux fous noirs vont faire plier les blancs, qui ne tardent pas à lâcher la qualité. Après l’échange des pièces, James a une finale très favorable F+4P contre 5P.

Victoire de James ! Et Guyancourt recolle au score !


Au 3e échiquier, avec les blancs, Farhad fait face à un adversaire prudent qui ne lâche rien. Et après 26.TxCc4 le voici dans une finale de tours, équilibrée : majorité des blancs à l’aile dame, des noirs à l’aile roi.

Centralisation des rois, avancée prudente des pions : les deux adversaires maîtrisent leur sujet. Toute la question est de connaître qu’elle sera la position relative des deux rois au moment où les dernières tours seront échangées !

Après 50 coups, trait aux blancs, la question se pose !

 

Dans cette position, encore égale, Farhad a la possibilité d’échanger les tours en e7, de subir une opposition en d4-d6 sur case noire avant de profiter de son pion f4 pour récupérer cette opposition sur case blanche en d3-d5 et forcer les noirs à avancer b5 ou reculer le roi…

 

 

Au lieu de quoi, le choix fait de 51.Rd3  permet aux noirs d’échanger en e4 et menace…

 

… de jouer 52...Re6 qui permet aux noirs de prendre l’opposition, obligeant les blancs à perdre un pion en f5. Après l’échange en b5, chaque camp aura un pion passé qui pourra faire dame, mais les noirs, avec un pion de plus, auront l’avantage…

Heureusement pour Farhad, son adversaire joue 52…b5, et après les échanges en b5 et f5, la partie est clairement nulle ! L’égalité entre les 2 équipes est maintenue, et il ne reste que 3 échiquiers !


Au 1er échiquier, François avec les blancs a profité de la possibilité laissé par son adversaire, au 8e coup, d’ouvrir en grand l’aile-roi, alors que personne n’a encore roqué. Avec un pion de plus, passé, les blancs ont un avantage certain, mais la position des noirs, très compliquée, n’est pas encore désespérée.

Mais au lieu de 23…c5 qui laisse encore aux noirs du contre-jeu avec le contrôle de leur 3e traverse et la possibilité de jouer ensuite Tg6 pour prendre le contrôle de la colonne g, les noirs jouent 23…Te7 qui permet à la dame de François, après 24.Dg6+, puis Dd6+ et Db8+ de totalement dominer les 2 tours, dans une pseudo finale dame contre 2 tours, la dame noire et les 2 tours blanches n’ayant fait guère dans cette partie que de la figuration ! Victoire de François, qui permet à Guyancourt de prendre l’avantage !

Ne restent alors plus en course que les Sondermeijer père et fils, qui n’ont joué encore qu’une vingtaine de coups quand leurs partenaires ont terminé ! Avec une position très compromise pour Antoine, il faut que Damien résiste pour conserver le gain du match !


Au 6e échiquier, Damien avec les noirs a gagné un pion au prix d’une « structure de pion » catastrophique et une perte de contrôle inquiétante des cases noires.

Son adversaire lui donne heureusement l’opportunité d’échanger rapidement dames et cavaliers et, la pression diminuant, la position devenir plus raisonnablement tenable.

 

Au lieu de jouer ici 25.c4 pour limiter l’action du fou noir et le chasser à un moment son attaque sur le pion c2 est impossible, les noirs choisissent 25.Txh7 qui va permettre le gain de l’important pion c blanc par l’attaque double 25…Fe4 !

 

Avec une structure de pion maintenant affaiblie sur l’aile-dame blanche, le pion de plus de Damien va permettre de faire la différence, dans une finale de fous de couleurs opposés. Victoire après plus de 3h de jeu ! Et gain du match maintenant assuré !


Ne reste donc plus à jouer qu’Antoine, avec les blancs au 5e échiquier. Sa position dans l’ouverture s’est rapidement dégradée, avec une prise de contrôle des cases noires par son adversaire, et notamment de la stratégique case g3, triplement attaquée par les noirs !

 

Au lieu de rapatrier le fou en e3, le choix de 15.Fh4 fait en espérant garder encore un temps un défenseur de g3 laisse les blancs dans une position fortement compromise face à la menace …g5 qui ne tardera pas !

 

Après l’attaque 17…g5 attendue et qui va perdre le fou, Antoine fait une tentative désespérée de contre-attaque sur l’aile-dame.

Et les noirs, trop gourmands, commettent ici l’erreur de prendre d’abord le fou par 20…gxFh4 au lieu d’échanger d’abord le cavalier par 20…FxCc5

Ce qui laisse aux blancs la fourchette 21.e6+ regagnant la qualité, puis le pion e4 ! Miracle qui permet aux blancs de revenir dans la partie et, après l’échange des dames au 27e coup, de retrouver enfin une position parfaitement égale…

 … avec cependant encore 30’ à la pendule pour les blancs jusqu’au 40e coup, mais seulement 10 pour les noirs. Détail qui va avoir son importance. Antoine va à nouveau laisser les noirs augmenter leur emprise sur le jeu, et se laisser enfermer.

 

Après un sacrifice de qualité contre un pion pour libérer le jeu et 39.a4, la position est favorable aux noirs…

 

 

 

 

 

 

 

… quand leur drapeau tombe !

4e point in-extrémis pour Guyancourt, donc, et gain du match par 4-1 !

Nous consolidons notre 3e place. La première place, et la montée en N4, est maintenant assurée pour Villennes-sur-Seine, invaincue jusqu’à présent. Mais la 2e place reste encore possible en fonction du score des autres équipes.

Bravo à toute l’équipe pour ce beau match ! Et rendez-vous à Triel en mars pour la dernière ronde.