3e ronde au Vesinet, contre leur équipe IV, renforcée avec la présence de Philippe Glod au 1er échiquier. Une rencontre serrée, mais que nous perdons malheureusement 2-3.

Bravo à tous pour ces belles parties, et tout particulièrement  à nos deux buteurs du jour : Jean-Claude et Philippe !

Au 6e échiquier avec les blancs, Damien fait un très bon début de partie jusqu’au 20e coup. Il rate alors l’opportunité d’une bonne place au centre pour son cavalier, laissant au contraire le cavalier adverse prêt à bondir et menacer. Les échanges s’en trouvent du coup plus délicats, et Damien y perd la qualité. Puis rapidement, la partie.

Au 4e échiquier avec les blancs, Jean-Claude a réussi à gagner un pion dans l’ouverture. Il manœuvre avec précision dans les échanges de pièces suivants pour se retrouver, quand les pièces mineures ont disparu de l’échiquier, avec ses 8 pions liés contre 7 en trois groupes pour son adversaire. Jean-Claude aligne ensuite ses pièces lourdes sur la colonne f semi-ouverte, attend que son adversaire face de même pour défendre, puis par un petit mouvement latéral de dame attaquant simultanément les 2 ailes de l’échiquier, gagne un 2e pion ! Echange rapide ensuite de toutes les pièces lourdes, pour une finale de pion gagnante.

Au 5e échiquier avec les noirs, Antoine fait un beau début de partie, repousse les pièces ennemies venus tenter une attaque sur le roque, et après quelques échanges au centre se retrouve dans une position très avantageuse, avec les 2 tours bien placées sur la colonne qui s’est ouverte, et les autres pièces prêtes à une attaque sur le roque blanc, avec les pièces adverses un peu à l’étroit. Malheureusement, Antoine se laisse distraire par une tentative de contre-jeu des blancs sur l’aile dame et, à l’approche du contrôle de temps, donne une tour sur un mauvais échange. Perte de la partie après une longue, mais vaine, tentative de faire nulle.

Au 2e échiquier, les pièces mineures ont été rapidement échangées, et ne restent sur l’échiquier que les 16 pions, les tours et les dames. Philippe, avec les blancs, pousse au centre au moment opportun (32e coup), et, sur une imprécision de son adversaire, gagne un pion. Les échanges suivants le font entrer dans une finale favorable, avec 2 pions liés contre 1 sur l’aile dame, une tour dans chaque camp, et 3 pions liés chacun sur l’aile roi. Mauvaise maîtrise des échanges par l’adversaire de Philippe sur l’aile roi, qui y perd encore un pion. Le gain n’est plus qu’une question de technique, face à un adversaire qui se bat en vain pour le pat. Abandon avant le mat, à côté duquel est pourtant passé Philippe au 73e coup :

Joli mat en 1 pour les blancs !

 

Au 3e échiquier avec les noirs, James défend solidement contre une ouverture qui le mène sur un terrain qu’il n’affectionne guère. Les deux adversaires se jaugent longtemps, les propositions d’échange de pion sont déclinés et, petit à petit, la position se bloque des deux côtés de la colonne d, ouverte. Au contrôle de temps, les dames s’échange puis, sur une incursion du cavalier adverse dans son camp, James perd la qualité. Il bloque alors illico la colonne ouverte avec son cavalier restant, et cadenasse sagement la position avec ses pièces restantes. Son adversaire, malgré son avantage matérielle, n’ose rien tenter pour prendre l’avantage, et la nulle est signée au 54e coup.

Pour faire face à François, au 1er échiquier, l’équipe du Vésinet a fait appel à l’un de leur 10 meilleur joueur, encore disponible malgré les équipes de N2, N3 et N4 à pourvoir ! 200 points Elo de plus sur la balance, et une partie compliquée qui s’annonce donc, avec les noirs. Les 2 adversaires se jaugent longtemps. Très longtemps ! 15 coups de joué en plus de 2h30. A part 2 pions échangés, toutes les pièces sont là, savamment placés, prêtes à entrer en jeu au moment où vont s’ouvrir les échanges, qui s’annoncent sanglants. La clé de l’attaque des blancs est la maitrise de la diagonale b1-h7, avec la dame en pointe de l’attaque. Mais la case h7 est défendu par le cavalier en f6. L’attaque commence au 18e coup, avec le saut du cavalier blanc en e4, pour chasser le Cf6. Le roi se décale préventivement en f8, puis les échanges commencent ! François sait qu’une nulle ne suffira pas pour gagner le match et fait une tentative d’attaque au centre avec son cavalier, mais doit rapidement défendre des menaces de mat sur ses 2 premières rangées. A l’issue de la bataille, la position fait penser à ceux de la retraite de Russie, affichés aux murs de la salle... Défaite.

position avant 18. Ce4